Connexion

  Chirurgie


 

Structure chirugicale

Le bâtiment de chirurgie comporte deux salles de chirurgies sous anesthésie générale (une dédiée à la chirurgie orthopédique et une dédiée à la chirurgie des tissus mous), une salle de chirurgie debout et trois box de couchage/réveil. Deux barns d’hospitalisation sont présents (un dédié aux affections orthopédiques et un dédié aux affections des tissus mous).

 

   

 

   
 


Chirurgie orthopédique

- arthroscopie

 

La majorité des affections articulaires est maintenant traitée par arthroscopie. Cette technique permet d’explorer la quasi-totalité d’une articulation à l’aide d’une caméra. Les incisions réalisées pour placer la caméra et retirer les fragments ostéochondraux sont de petite taille ce qui réduit considérablement les complications. L’arthroscopie a également permis une amélioration du pronostic des arthrites septiques (infection bactérienne d’une articulation). 

 

   

- ostéosynthèse

Le traitement chirurgical des fractures reste un challenge chez le cheval notamment pour les os longs. Toutefois, les améliorations des implants et la formation des chirurgiens ont permis une augmentation des taux de succès. La clinique possède un stock d’implants (plaques et vis) permettant de pouvoir faire face rapidement aux différentes fractures rencontrées. Un nombre important de chevaux peut retrouver une carrière athlétique ou une carrière de reproducteur.

 

   

Chirurgie des tissus mous

- chirurgie abdominale (coliques)

La réussite du traitement chirurgical des coliques a considérablement augmenté ces dernières années. Le taux de survie à court terme (sortie de la clinique) est de l’ordre de 70 % pour tous les chevaux opérés de coliques et de l’ordre de 85 % pour les chevaux opérés de coliques qui n’ont pas été euthanasiés suite à l’exploration abdominale. Le suivi post-opératoire des patients est une phase aussi importante que l’intervention chirurgicale proprement dite. La majorité des chevaux nécessite un suivi médical rapproché après le réveil : perfusion, administration de prokinétiques, réalimentation progressive.

 

   

- chirurgie respiratoire

Les affections chirurgicales respiratoires sont des causes fréquentes de contre-performance. L’amélioration du diagnostic de ces problèmes à l’aide de l’endoscopie embarquée et de l’examen sur tapis roulant a fait avancer les traitements chirurgicaux de nombreuses affections : laryngoplastie (tie-back), avancement du larynx (tie-forward), aryténoïdectomie, chirurgie laser du larynx...

 

   

- chirurgie urogénitale

Un des problèmes les plus graves des poulinières est la dystocie. Dans tous les cas, une intervention rapide permet d’améliorer la survie de la jument et du poulain.

Les dystocies reçues à la clinique sont généralement gérées de la manière suivante :
- évaluation rapide de la position et de la taille du poulain
- tentative d’extraction debout
- tentative d’extraction contrôlée sous anesthésie générale : les membres postérieurs sont élevés avec le treuil afin de faciliter le repositionnement du poulain. Pendant ce temps, la jument est préparée pour une césarienne en cas d’échec
- dépendant des cas, réalisation d’une césarienne ou d’une foetotomie.

Dans tous les cas, une équipe médicale est prête pour s’occuper du poulain nouveau-né. La clinique réalise aussi de nombreuses procédures chirurgicales de la jument (fistule recto-vaginale, urovagin, lacération recto-vaginale...) et du cheval mâle (amputation de pénis, résection en bloc, postectomie...)

 

   

- laparoscopie

La laparoscopie consiste à introduire une caméra dans l’abdomen dans le but de diagnostiquer et de traiter certaines affections : castration sous laparoscopie, ovariectomie, cryptorchydectomie (retrait d’un testicule abdominal), fermeture des anneaux inguinaux (chevaux sujets aux hernies inguinales), fermeture de l’espace néphro-splénique (chevaux sujets aux accrochements néphrospléniques). La clinique est équipée d’un appareil de thermofusion (Ligasure) qui confère une grande sécurité pour l’hémostase des vaisseaux en laparoscopie.

 

   

 

 

?>